Le New York Times défend un rédacteur technique accusé d'être raciste pour ses vieux tweets
X

Le New York Times défend un rédacteur technique accusé d'être raciste pour ses vieux tweets

Juin 20, 2024

Le New York Times a défendu sa nouvelle recrue, Sarah Jeong, qui a été entraînée dans une controverse sur le racisme pour les tweets qu'elle a écrits entre 2013 et début 2015.

Le journal a annoncé cette semaine qu'il avait embauché Jeong en tant que rédacteur technologique principal de son comité de rédaction.

Mais peu de temps après cette annonce, elle s'est retrouvée mêlée à une controverse lorsque des sites Web de droite ont commencé à mettre en avant certains de ses anciens tweets qui utilisaient des termes désobligeants pour désigner les Caucasiens.

L'un des tweets de Jeong disait : « oh mec, c'est un peu malade, quelle joie je ressens en étant cruel envers les vieux hommes blancs ».

Un autre a déclaré : « Les Blancs sont-ils génétiquement prédisposés à brûler plus vite au soleil, et ne sont donc logiquement aptes qu’à vivre sous terre comme des gobelins rampants ».

Le Times a déclaré jeudi qu'il était au courant des tweets de Jeong, 30 ans, avant de l'embaucher.

« Son journalisme et le fait qu'elle soit une jeune femme asiatique ont fait d'elle un sujet de harcèlement fréquent en ligne », a déclaré le Times dans son communiqué.

«Pendant un certain temps, elle a répondu à ce harcèlement en imitant la rhétorique de ses harceleurs. Elle voit maintenant que cette approche n’a fait qu’alimenter le vitriol que l’on voit trop souvent sur les réseaux sociaux », ajoute-t-il.

Mais cette décision ne plaît pas à tout le monde. Certains critiques ont critiqué le Times pour sa décision de se tenir aux côtés de l'écrivain.

Lire  Un bug Twitter a peut-être envoyé vos DM à des développeurs inconnus
Sarah Jeong (Image : Station SF)
Sarah Jeong (Image : Station SF)

La chroniqueuse conservatrice Daniella Greenbaum a déclaré à Fox News que « le problème ici n'est pas de savoir si les tweets de Jeong étaient racistes ou non ». L’hypocrisie est le véritable problème, a déclaré Greenbaum.

« Le New York Times a justifié ses tweets racistes », aurait déclaré Kristine Marsh, analyste au Media Research Center, qui a qualifié la déclaration du journal de risible.

Laisser un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *