Facebook bannit plus de 200 comptes et pages IRA de Russie
Facebook

Facebook bannit plus de 200 comptes et pages IRA de Russie

Juin 9, 2024

Après avoir été sévèrement critiqué pour son incapacité à stopper le flux de fausses nouvelles et de propagande politique sur sa plateforme lors de la campagne présidentielle américaine de 2016, Facebook a pris l'initiative de purger les comptes liés au groupe de propagande russe Internet Research Agency. Facebook affirme avoir supprimé 70 comptes, 138 pages et 65 comptes Instagram gérés par l'Internet Research Agency (IRA), basée en Russie.

Facebook affirme également avoir supprimé les publicités diffusées par le groupe, même si certaines d'entre elles ne sont pas destinées au public américain et pourraient constituer une diffusion légitime. Selon l’entreprise, environ 95 pour cent des publicités étaient en russe et ciblaient «les personnes vivant en Russie ou les russophones du monde entier, y compris ceux des pays voisins comme l’Azerbaïdjan, l’Ouzbékistan et l’Ukraine ».

Au total, 1,08 million d'utilisateurs ont suivi les comptes bannis, tandis que le nombre de followers sur Instagram était d'environ 493 000. Les comptes liés à l'IRA ont dépensé 167 000 dollars en publicités depuis le début de 2015, indique Facebook, ce qui peut sembler un chiffre faible mais qui aurait suffi à faire basculer les électeurs lors d'élections très disputées.

Pour expliquer pourquoi Facebook fait tout son possible pour supprimer les comptes russes destinés au public russe, le responsable de la sécurité de l'entreprise, Alex Stamos, a déclaré que cela était dû au fait que « L’IRA a constamment utilisé des comptes inauthentiques pour tromper et manipuler les gens. C'est pourquoi nous supprimons tous les comptes que nous trouvons liés à l'organisation, qu'ils soient liés à des activités aux États-Unis, en Russie ou ailleurs..

Il poursuit en disant que ce n'est pas le contenu que l'entreprise a nécessairement trouvé répréhensible, mais le fait qu'ils provenaient de l'IRA était une raison suffisante pour qu'ils ne soient pas sur la plateforme. Il a également clairement indiqué que la société ne voulait pas de l'IRA sur aucune de ses plateformes. « Nous avons supprimé ce dernier ensemble de pages et de comptes uniquement parce qu'ils étaient contrôlés par l'IRA – et non sur la base du contenu »a écrit Stamos.

Lire  Facebook met en place un groupe de travail pour les élections de Lok Sabha en Inde en 2019

Mark Zuckerberg est également intervenu depuis sur la question, déclarant «Cette agence russe (l'IRA) a agi de manière trompeuse à plusieurs reprises et a tenté de manipuler des personnes aux États-Unis, en Europe et en Russie – et nous ne voulons pas qu'elles soient présentes sur Facebook, où que ce soit dans le monde.».

Laisser un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *